Parcours professionnel de MARTINE KIM

Aussi loin que mes souvenirs remontent, j’ai toujours voulu aider les autres, particulièrement ceux qui souffrent, ceux qui sont à la croisée des chemins, ne sachant lequel choisir.

Pourtant, je vais entamer des études de commerce, sans grand enthousiasme et travailler dans le tertiaire pendant des années. Mais la vie est intelligente, elle me rattrape, m’envoie des signaux de plus en plus forts. Je n’ai plus d’autre choix que d’entamer une cure psychanalytique. Je rencontre alors un thérapeute jungien, qui va se révéler être un accompagnant subtil, exigeant, mais profondément bienveillant. Je suis pendant 6 ans une analyse didactique et, très vite, j’intègre une Maison Verte où je serai accueillante pendant 9 ans.

En 2003, je suis invitée à une cérémonie chamanique. J’accepte de m’y rendre, encouragée par mon analyste, alors que j’ai bien conscience d’aborder un monde nouveau. Pourtant, je me rends très vite compte que psychanalyse et chamanisme se complètent et se nourrissent mutuellement à la même matrice. Les deux tentent d’apporter une réponse à la question : « comment avoir accès à l’inconscient, en se libérant de ses peurs et de ses aprioris ? »

Le chamanisme c’est d’abord une manière de vivre, de communier avec la nature et avec le Monde des Esprits. C’est, aussi, une philosophie ouverte à tous. Depuis 12 ans, j’ai multiplié les rencontres et les formations auprès de chamans et viens de terminer le premier cycle de formation à la FSS (Foundation for Shamanic Studies) fondée par le Professeur Michael Harner.

Grâce à mon amie Françoise Masson, je fais la connaissance du Dr. Olivier Soulier – médecin homéopathe et chercheur – et vais, pendant des années, suivre ses séminaires et ses ateliers de travaux pratiques sur le décodage biologique des maladies, dans une approche originale, qu’il nomme la « Médecine du Sens ».

Françoise Masson me propose un jour de l’accompagner dans un atelier de Constellations Familiales animé par Sophie Ohleyer. Ce fût une très belle expérience, que j’ai renouvelée plusieurs fois, toujours avec un grand intérêt et constaté, là encore, que nous sommes tous reliés. Ce qui arrive à l’un des participants fait écho à l’autre, lui parle et lui donne des clefs pour résoudre sa propre problématique.

Parallèlement, depuis 2011, j’ai effectué plusieurs stages et séminaires auprès de l’IRETT (Institut de Recherches et d'Etudes en Thérapies Transpersonnelles), traitant des thérapies transpersonnelles et s’appuyant sur des outils très performants, tels que la respiration holotropique.